Le blog des Valeurs

Renforcer la culture d’entreprise

L’utilisation la plus souvent citée des valeurs en interne concerne la volonté de fédérer autour de repères communs. Bon nombre de groupes internationaux expriment ce registre d’utilisation :

« Pour ne pas perdre des éléments essentiels de notre culture d’entreprise, nous avons formalisé les choses. Le but était de faire vivre un héritage culturel. Chez nous, la culture orale est très forte. Mais l’identité du groupe étant une chose clé, il nous a fallu fixer les choses pour ne pas les perdre ».

Les circonstances de fusion ou d’absorption offrent d’ailleurs un contexte propice à la mise en place d’une démarche valeurs. Dans des situations de changement, celles-ci ont pu servir de réassurance ou de repère.
« L’entreprise a connu des moments difficiles entre les fusions et autres rachats donc les valeurs sont là pour rassurer ». « En 2001, nous avons connu une grosse fusion. Ces valeurs ont donc été constituées pour servir de repères. Elles ont permis aux gens de se repositionner par rapport à leur nouveau statut. Nous avons doublé d’effectif en très peu de temps. C’était donc un moyen de se retrouver ». « Cela répond au besoin de mettre en place un socle fédérateur pour notre entreprise ainsi que pour nos filiales. C’est un repère, un outil de décloisonnement : nos métiers sont différents mais ils ont un socle commun ».

Les valeurs peuvent également intervenir comme référentiel utilisé en ressources humaines à plusieurs niveaux, en matière de recrutement, ou lorsqu’il s’agit de trancher face à des situations délicates :
« Pour toutes les personnes qui intègrent notre société, nos valeurs sont très importantes. Elles donnent une vision de ce qui est important chez nous, elles permettent une bonne intégration. Grâce à ces valeurs, tout le monde vit avec les mêmes objectifs, les mêmes buts, la même éthique. Cela sert pour cibler le recrutement, pour parler de notre société à des cabinets de recrutement par exemple ».

Citons également Claude Bébéar, fondateur et président du conseil de surveillance d’Axa :

« […] sans culture d’entreprise, il n’y a pas d’entreprise. Celle-ci n’est pas seulement un groupe de salariés, c’est une équipe qu’on doit mobiliser sur une vision et un objectif. Cela exige de lui faire partager certaines façons de voir les choses, de travailler ensemble et de développer des réflexes communs. Tout se passe exactement comme dans une équipe de rugby. Si j’ai le ballon, il faut que je sache où se trouvent untel et untel et comment ils vont réagir. La culture d’entreprise consiste à développer par ce type de ciment et elle passe par une connaissance du code de fonctionnement des autres »*

* In Le Figaro Entreprise, 4 octobre 2004

Partager :

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • Mixx
  • viadeo FR
0


Ajouter un commentaire

# #