D’ici 2025, 10 000 organisations auront modifié leurs statuts pour devenir des “sociétés à mission” et, rien qu’en 2020, 88 entreprises ont été orientées vers l’entreprise à mission. La Communauté des entreprises a publié les résultats de son premier Observatoire des sociétés afin de servir de modèle aux sociétés qui intègrent la mission dans leurs statuts. L’Observatoire des sociétés est important pour comprendre comment les entreprises qui veulent consciemment contribuer au bien commun utilisent ce paradigme moderne. Cet observatoire suivra en temps réel l’évolution des entreprises du 21e siècle et cherchera à équilibrer succès et impact positif !

L’image type des premières entreprises à mission

Le premier baromètre fournit des informations utiles sur les entreprises pionnières qui ont changé de forme juridique au 31 décembre 2020. Le nombre d’entreprises missionnaires, qui s’élevait à 88 à la fin de 2020, a augmenté de 60 % au dernier trimestre et devrait encore augmenter en 2021.

Lancée en 2020, cette campagne reflète la dynamique au sein du tissu économique français : les PME et PMI de moins de 50 salariés représentent les deux tiers des entreprises à mission. Il ne s’agit pas d’un modèle exclusif aux grandes ou petites entreprises. Les entreprises de mission devraient rester dominées par les PME, tandis que les EIE et les grandes entreprises devraient être plus nombreuses à partir de 2021.

Les services sont le domaine d’activité le plus courant (79 % des entreprises de mission), suivis par le commerce (12 %) et l’industrie (9 % ).

Bien qu’ils soient présents dans 11 des 13 régions en France métropolitaines , leur répartition géographique est très différente. 62 % des sociétés à mission françaises sont situées en Ile de France. Les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Grand Est comptent très peu d’entreprises à mission par rapport à leur dynamisme économique, tandis que la Normandie et la Corse n’en comptent aucune.

Plus de la moitié des entreprises ont été créées au cours des dix dernières années. Une sur cinq est “né avec un but”. Le statut d’entreprise missionnaire est un nouveau type d’entreprise qui concerne aussi bien les entreprises qui développent leur modèle économique que les entreprises dont la mission est au cœur de leur activité. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire, au premier rang desquelles figurent les mutuelles et les coopératives, représentent 11 % des entreprises à mission, soit le double de la moyenne nationale. De même, 13 des 88 entreprises missionnaires ont reçu la désignation B Corp.

Vous pouvez en apprendre plus sur la responsabilité société des entreprises dans cet article.

Les principaux moteurs de la transformation du marché

La plupart des entreprises à mission répondent à un certain nombre de défis clés.

Pour 36 % des entreprises interrogées, la résolution des problèmes de transformation (sociaux, environnementaux, économiques) est la plus importante :

  • Préserver les écosystèmes naturels ou les biens communs
  • Renforcer les relations avec l’environnement (chaîne de valeur, investisseurs, clients, ONG, etc.)
  • Améliorer l’engagement des employés et l’image de l’employeur
  • Maintenir l’engagement ” (en vue de futurs changements d’actionnaires/de dirigeants) suivent dans des proportions similaires.

Les parties prenantes internes sont les plus importantes dans la méthode.
Malgré le fait que l’équipe de direction générale soit fortement impliquée dans la formalisation de la tâche, la vision et l’impulsion de l’exécutif sont presque toujours au début de la démarche. Les employés et les actionnaires sont consultés dans la plupart des cas, mais les parties prenantes externes (y compris les clients) ne sont impliquées que dans deux cas sur cinq.

La composition du comité d’engagement : le choix de la transparence

Bien que le concept d’engagement soit largement déterminé en interne, le monde extérieur prend le pas sur la composition du comité d’engagement : quatre organisations sur cinq ont au moins une partie prenante externe impliquée dans la gestion de l’engagement, comprenant souvent des consultants, des analystes, des clients et des actionnaires.

Objectifs et justification : enrichissement partagé

L’existence de l’entreprise et les objectifs réglementaires répondent tous deux à deux questions : qu’est-ce que l’entreprise et comment contribue-t-elle à résoudre d’importants problèmes sociaux et environnementaux.

Les énoncés de mission des entreprises qui ont changé de forme juridique peuvent être divisés en deux groupes :

  • Ceux qui ont opté pour des motivations aspirationnelles avec des objectifs réels
  • ceux qui ont préféré des finalités et des objectifs très ciblés pour le fonctionnement de l’entreprise.

Peu d’entreprises ont des objectifs qui ne sont pas liés à leur marché principal. Cela montre également à quel point il est important pour une entreprise axée sur sa mission de saisir l’ambition transformationnelle globale de l’entreprise et de la traduire en actions tangibles à long terme.

Dans trois cas sur quatre, la raison d’être est un prisme social, et dans deux cas sur trois, il s’agit de questions environnementales. En outre, plus de la moitié des entreprises à mission abordent à la fois les questions sociales et environnementales. Les objectifs législatifs sont presque uniformément sociaux et environnementaux.

Une tendance qui va s’accentuer dans les années à venir

En 2020, des entreprises pionnières ont expérimenté ce nouveau modèle économique. L’année 2021 devrait être l’année du renforcement et de la transition d’échelle pour ce mouvement. Compte tenu des attentes de la société et de l’urgence de certains enjeux (climat, relations sociales, etc.), une grande partie des entreprises en France, quels que soient leur taille, leur secteur ou leur statut, pourraient évoluer vers une organisation à mission.

Le contexte en France et en Europe est particulièrement favorable : toutes les parties prenantes incitent les entreprises à s’interroger sur leur impact social et environnemental, une nouvelle génération d’entrepreneurs s’empare des questions sociales et environnementales, et la position politique des entreprises gagne en importance. Nous travaillons à l’introduction de l'”entreprise à mission” comme modèle pour les entreprises en France et en Europe. Ainsi, nous conduirons à un changement dans la représentation des acteurs économiques et à la création d’entreprises plus résiliantes. Étant donné l’enthousiasme actuel pour ce modèle et le nombre croissant d’entreprises qui l’adoptent, l’objectif de 10 000 entreprises à mission d’ici 2025 est réalisable”, résume Anne Mollet, directrice générale de la Communauté des entreprises à mission.

Partagez sur :

Laissez un commentaire