La plupart des gens ressentent un certain degré de nervosité ou d’anxiété lorsqu’ils font un discours, une présentation ou un spectacle sur scène. Ils parviennent quand même à faire face à l’occasion, même s’ils n’en profitent pas. Cependant, les personnes souffrant de glossophobie peuvent délibérément éviter les situations où elles devraient prendre la parole en public.

Dans cet article, nous abordons ce qu’est exactement la glossophobie, ses causes, ses symptômes, la manière de la traiter et des exercices pour aider à la surmonter.

Qu’est-ce que la Glossophobie ?

Le terme glossophobie vient du mot grec γλῶσσα glōssa, qui signifie langue, et φόβος phobos, peur ou appréhension. La plupart d’entre nous ont déjà éprouvé une sorte de peur en parlant en public à un moment ou à un autre de leur vie. Cependant, une personne atteinte de glossophobie est incapable de contrôler ses nerfs et a une peur extrêmement forte de parler en public, parfois au point de faire une dépression nerveuse. Cela peut s’accompagner de tremblements incontrôlables, de transpiration et d’un rythme cardiaque accéléré.

Cette angoisse de parler ne se limite pas à s’adresser à de vastes auditoires – les personnes souffrant de glossophobie peuvent avoir du mal à s’exprimer dans une réunion, une salle de classe ou dans d’autres contextes de groupes plus restreints. Cela peut rendre très difficile pour les personnes atteintes de communiquer verbalement afin d’exprimer leurs idées et leurs pensées. En conséquence, ce problème peut entraver la capacité de la personne concernée à poursuivre ses études, ses activités sociales ou sa carrière.

Il s’agit donc d’une phobie sociale ou un trouble d’anxiété sociale, dont les symptômes et le traitement sont reconnaissables. Si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner la solitude, une mauvaise estime de soi, la dépression et l’isolement. Il existe des stratégies utiles pour gérer et faire face efficacement à ce problème.

Quels sont les symptômes ?

Anxiété causée par la Glossophobie
Symptômes de stress

La glossophobie provoque un sentiment d’anxiété intense, y compris certains symptômes et signes physiques et verbaux. Même la pensée d’activités de groupe et de présentations peut déclencher ces symptômes – s’inquiéter de ce que les gens vont penser de nous, craindre que nous trébuchions sur nos mots, craindre que nous oubliions quoi dire.

Les personnes souffrant de cette phobie peuvent éviter les événements centrés sur les activités de groupe – elles peuvent se déclarer malades ou trouver des excuses pour éviter l’événement.

Lorsqu’elles sont obligées de faire une présentation, de nombreuses personnes sont confrontées à la réaction de lutte ou de fuite. C’est la façon dont l’organisme se prépare à se défendre contre les menaces perçues par une augmentation de l’adrénaline. En particulier lorsque vous parlez sur scène, lorsque vous êtes exposé à des personnes tout autour de vous, la peur est accrue et vous vous retrouvez à croiser les bras et les jambes comme mécanisme de défense naturel.

Symptômes physiques

Les symptômes psychologiques de la glossophobie peuvent entraîner une perte auditive aiguë ou d’autres symptômes physiques. Lorsque l’esprit est encombré de pensées, une tension extrême se développe qui affecte l’audition d’une personne.

Des palpitations cardiaques ou une augmentation du rythme cardiaque peuvent se développer à la suite d’une anxiété ou d’un stress intense. Cela peut entraîner une augmentation de la pression sanguine et la réaction physique provoque une dilatation des pupilles et peut faire transpirer la personne.

Voici quelques-uns des symptômes physiques les plus courants :

  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Augmentation de la pression artérielle
  • Dilatation des pupilles
  • Perte auditive aiguë
  • Une peur et des tremblements intenses
  • La transpiration, en particulier sur les mains et le front
  • Nausées ou vomissements dans les cas extrêmes
  • Essoufflement ou hyperventilation
  • Étourdissements
  • Tension musculaire dans le cou et les muscles du haut du dos
  • Sentiment de nervosité ou crise de panique
  • Besoin fréquent de toilettes

Symptômes verbaux

Certains des symptômes verbaux qui se développent à partir de la glossophobie peuvent provoquer des tensions chez la personne qui essaie de parler. La voix peut frémir et trembler, la personne peut répéter des hésitations telles que “umm” ou “ah”, suivies d’une pause vocale. Cette réaction rend la personne mal à l’aise et anxieuse, ce qui aggrave les symptômes.

L’anxiété liée à la parole peut entraîner un dysfonctionnement de la parole et des bégaiements ou des tics, car de façon intense elle peut empêcher de parler correctement. Des troubles de la parole peuvent également se développer, qui sont causés par des réactions de stress lors de la prise de parole en public.

Voici quelques-uns des symptômes verbaux les plus courants :

  • Sécheresse dans la bouche
  • Ton de voix plus faible et moins d’énergie ressentie
  • Voix tremblante en raison de la tension
  • Voix tremblante
  • Mots d’hésitation tels que “umm” et “ah”.
  • Bégaiements ou tics
  • Pause vocalisée

Combien de personnes souffrent de ce problème ?

Peur de parler en public
Peur de parler en public

Selon une estimation, 75 % des gens ressentent un certain degré de nervosité lorsqu’ils parlent en public, et 10 % des gens sont terrifiés. Parler en public est l’une des peurs les plus répandues.

Une enquête menée par YouGov au Royaume-Uni a demandé à plus de 2 000 personnes de classer 13 phobies communes, la glossophobie arrivant en troisième position, battue seulement par la peur des serpents et des hauteurs.

Quelles conséquences ?

Si voulez réussir dans votre carrière, il est probable que vous deviez être capable de communiquer efficacement vos idées et de diriger des équipes. Des entretiens d’embauche aux réunions d’équipe en passant par la gestion de votre propre entreprise, de nombreuses activités de la vie exigent de prendre la parole en public devant des groupes de personnes. Si vous ne pouvez pas le faire, vous risquez de perdre de nombreuses occasions, car l’angoisse de la parole prend le contrôle de votre vie.

Cependant, tout n’est pas perdu si vous voulez éviter la communication verbale dans votre carrière. Il existe des emplois qui en demandent très peu, la plupart des communications se faisant par courrier électronique, Slack ou d’autres formes non verbales en ligne. Ayant travaillé avec de nombreux développeurs et ingénieurs, certains de ces postes ne requièrent pratiquement aucune communication verbale, pour autant que vous livriez les projets dans les délais impartis.

Quelles sont les causes de la glossophobie ?

Il existe plusieurs causes et déclencheurs possibles  chez les gens.

Réponse naturelle de l’homme à une exposition

Cette réaction de combat ou de fuite trouve ses racines dans nos ancêtres, lorsque les humains devaient craindre d’être attaqués par des animaux sauvages et d’autres tribus. Elle provoque une tension de stress lorsqu’on est exposé à des personnes, par exemple sur une scène devant un public. Il vous sera utile de vous habituer à cette exposition et de contrôler votre langage corporel pour vous ouvrir à elle.

Expériences négatives au début de la vie

Certaines personnes pensent que la glossophobie se forme très tôt dans la vie et qu’elle découle de points de vue négatifs sur soi-même, comme “personne ne se soucie de ce que j’ai à dire”. Cela peut être dû à une série d’expériences négatives, par exemple lorsque les étudiants, les enseignants ou les parents n’apprécient pas ce que vous dites, ou même si vous avez parlé dans une situation de groupe et avez été ridiculisé pour ce que vous avez dit.

Des tests menés par l’Institut national de la santé mentale ont montré que le cerveau des personnes souffrant de phobie sociale réagit plus fortement lorsqu’on leur lit des commentaires négatifs. Les zones touchées étaient celles qui étaient responsables de l’auto-évaluation et du traitement des émotions. Cette réaction accrue n’a pas été observée chez les personnes ne souffrant pas de ce trouble.

Fonctionne en famille

Bien que les phobies sociales soient souvent familiales, on ne comprend pas la science qui se cache derrière. La biologie des comportements liés à la peur  a permis d’étudier que l’élevage de souris qui montrent moins de peur et a donné naissance à une progéniture moins anxieuse. Mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer si les phobies sociales sont héréditaires.

Pensées autodestructrices

Dans certains cas, la glossophobie est liée à des troubles d’anxiété sociale et de phobie. Certaines personnes pensent que les pensées autodestructrices d’une personne l’amènent à croire qu’elle échouera en parlant en public. La personne peut avoir l’impression qu’elle doit se mesurer à la perfection, sinon elle est inutile.

De nombreuses personnes qui ont une forte crainte de parler en public craignent d’être jugées, embarrassées ou rejetées.

Exemples de situations où la glossophobie peut se manifester

Selon Barbara Fish, “la peur peut se manifester dans la classe où l’élève espère que le professeur ne l’appelle pas pour répondre à une question.” Elle peut se produire sur le lieu de travail où la responsable subit des attaques de panique à l’idée de faire un exposé à ses supérieurs. Elle peut se produire à la maison, où le demandeur d’emploi est émotionnellement désemparé avant de se présenter à un entretien d’embauche. Cela peut se produire lors d’une fête où la possibilité de rencontrer quelqu’un de nouveau est réduite par des papillons dans l’estomac et des paumes de mains moites. L’idée de parler en public peut nous laisser figé par la peur.

Voici quelques exemples de situations pouvant poser problème :

  • Musiciens, actrices et acteurs se produisant devant une foule immense
  • Des hommes d’affaires font des présentations à leur équipe
  • Appeler un ami ou un collègue à propos de quelque chose
  • Les enfants redoutent de se faire poser une question par leur professeur
  • Faire un discours lors d’un mariage, par exemple un discours de témoin
  • Anticiper la participation à une conférence où de nombreuses personnes inconnues seront présentes
  • Le personnel de cabine et les pilotes font des annonces à leurs passagers

Comment la glossophobie est-elle traitée ?

Il existe différentes mesures que vous pouvez prendre pour traiter cette pathologie. Nous abordons ici la psychothérapie, les médicaments, la thérapie d’exposition et les remèdes à base de plantes – selon la gravité de votre peur, différentes mesures peuvent s’appliquer. Nous abordons ensuite les mesures pratiques que vous pouvez prendre lors d’un exposé ou d’un discours pour vous aider à surmonter votre peur.

Psychothérapie

De nombreuses personnes sont capables de surmonter leur peur grâce à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Travailler avec un thérapeute peut vous aider à identifier la cause profonde de votre anxiété. Par exemple, vous pouvez découvrir que vous avez peur d’être ridiculisé, plutôt que de parler, parce qu’on s’est moqué de vous dans votre enfance.

Ensemble, vous et votre thérapeute explorerez vos craintes et les pensées négatives qui les accompagnent. Votre thérapeute peut vous apprendre à remodeler vos pensées négatives.

En voici quelques exemples :

Au lieu de penser “Je ne peux pas faire d’erreurs”, acceptez que tout le monde fasse des erreurs ou des omissions lors de la présentation. Ce n’est pas grave. La plupart du temps, le public n’en est pas conscient.
Au lieu de penser “Tout le monde va penser que je suis incompétent”, concentrez-vous sur le fait que le public veut que vous réussissiez. Ensuite, rappelez-vous que le matériel que vous avez préparé est excellent et que vous le connaissez bien.
Une fois que vous avez identifié vos craintes, entraînez-vous à faire des présentations devant de petits groupes de soutien. Au fur et à mesure que votre confiance en vous augmente, vous pouvez vous adresser à un public plus large.

Médicaments

médicament pour vaincre la glossophobie

Si la thérapie ne soulage pas vos symptômes, votre médecin peut vous prescrire l’un des nombreux médicaments utilisés pour traiter les troubles anxieux.

Les bêta-bloquants sont généralement utilisés pour traiter l’hypertension artérielle et certains troubles cardiaques. Ils peuvent également être utiles pour contrôler les symptômes physiques, tels que les tremblements ou les secousses.

Les antidépresseurs sont utilisés pour traiter la dépression, mais ils peuvent également être efficaces pour contrôler l’anxiété sociale.

Si votre phobie est grave et qu’elle affecte votre vie quotidienne, votre médecin peut vous prescrire des benzodiazépines comme l’Ativan ou le Xanax.

Les substances chimiques du cerveau, telles que la sérotonine, aident à réguler le niveau d’humeur d’une personne. Pendant les épisodes phobiques, le niveau de l’humeur baisse. Les antidépresseurs peuvent aider à ajuster ce type de substances chimiques cérébrales.

Thérapie d’exposition

Les thérapies d’exposition sont considérées comme la méthode de traitement la plus efficace contre la peur de parler en public. Le thérapeute vous guide lors de séances d’exposition régulières au cours desquelles la personne devra faire face à des situations de prise de parole en public. Le thérapeute enseigne également diverses méthodes de relaxation telles que des exercices de relâchement musculaire, des exercices de visualisation mentale et de méditation à utiliser lors de ces séances d’exposition. La personne finit par développer une tolérance à la peur et à l’anxiété.

Remèdes à base de plantes

Pour les personnes présentant des symptômes moins graves, il existe une gamme de remèdes à base de plantes et de remèdes homéopathiques qui peuvent aider à calmer l’anxiété ressentie avant les événements qui impliquent de parler en public. Aconitum napellus ou Gelsemium, etc. peuvent être recommandés par les homéopathes en fonction de l’histoire exacte, des symptômes ainsi que de la nature et du tempérament de l’individu. Des remèdes à base de plantes tels que la mélisse, la lavande et la fleur de la passion peuvent également aider à apaiser les nerfs et à calmer le stress avant une prise de parole en public.

Conseils pratiques pour vaincre la glossophobie

Voici quelques conseils utiles que vous pouvez utiliser, soit en combinaison avec le traitement ci-dessus, soit seuls. Ils portent sur les prises de parole en public ou les présentations, et sur les moyens de réduire votre peur :

  • Connaissez votre sujet – vous serez beaucoup plus à l’aise pour parler d’un sujet que vous connaissez bien. Accordez une attention particulière à l’introduction, car c’est à ce moment que vous risquez d’être le plus nerveux.
  • Pratiquez souvent et à voix haute – vous devez continuer à pratiquer jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec ce que vous allez dire. Votre confiance augmentera à mesure que vous réaliserez que vous savez ce que vous allez dire.
  • Enregistrez votre présentation sur vidéo – vous pouvez noter si des changements sont nécessaires. Et vous serez peut-être agréablement surpris de voir à quel point vous avez l’air autoritaire.
  • Utilisez la réalité virtuelle – pratiquez dans des environnements virtuels réalistes avant l’événement pour surmonter votre anxiété.
  • Préparez les questions éventuelles du public – dressez une liste des questions que votre public pourrait vous poser, puis préparez des réponses et même des diapositives de présentation supplémentaires pour y répondre.
  • Ne mémorisez pas votre discours – si vous mémorisez la totalité de votre discours et que vous en oubliez ne serait-ce qu’une ligne, vous risquez de perdre le contrôle de la situation et de ne pas pouvoir vous souvenir du reste. Il est préférable de connaître l’essentiel de ce que vous voulez dire.
  • Comprenez votre auditoire – vous adresserez-vous à un groupe d’experts ou à un groupe qui connaît peu le sujet ? Le fait de connaître votre public vous aidera à structurer votre présentation en conséquence et à vous y préparer. Vous devriez toujours être plus informé que votre public.
  • Parlez lentement – les gens ont tendance à parler plus vite lorsqu’ils sont nerveux, alors faites un effort conscient pour ralentir. Vous risquerez moins de trébucher sur vos mots si vous ne vous précipitez pas dans votre discours.
  • Gardez un verre d’eau à côté de vous – avoir la bouche sèche pendant un discours, cela arrive à tout le monde et pas seulement à ceux qui ont peur de parler en public. Pour éviter d’avoir l’impression que votre bouche est remplie de coton, prenez de temps en temps des gorgées d’eau.
  • Ne dites pas à quel point vous êtes nerveux – essayez de ne pas vous plaindre aux autres de votre anxiété. Le fait de rester dessus ne fera que l’exacerber. Faites plutôt semblant d’être confiant même si vous ne ressentez rien d’autre.
  • Familiarisez-vous avec la salle – arrivez tôt et mettez-vous sur la scène si possible, visualisez le public et l’endroit où vous vous tiendrez sur la scène. Vérifiez le bon fonctionnement de tous les équipements, comme un ordinateur portable ou un projecteur.

La puissance de la pratique

Plus vous vous entraînerez, plus vous serez à l’aise devant la foule. Vous pourriez trouver utile de suivre un cours ou un atelier d’art oratoire, comme Toastmasters International, une organisation qui forme les gens à l’art oratoire, ou d’utiliser la réalité virtuelle comme forme de thérapie d’exposition.

Public et groupes cachés

Il est intéressant de noter que certains glossophobes sont capables de se produire efficacement sur scène, de danser, de chanter et même de converser dans une pièce de théâtre jusqu’à ce qu’ils ne voient plus le public. Certaines personnes se sentent à l’aise sur scène si elles ont l’impression de représenter un personnage de scène plutôt que de se présenter elles-mêmes. L’anxiété causée par la glossophobie peut être atténuée en réunissant les personnes dans un groupe comme un orchestre ou une chorale.

De nombreuses personnes célèbres ont eu peur de parler en public

De nombreuses personnes célèbres ont souffert de la glossophobie, notamment des acteurs, des politiciens et même des présidents. Parmi les exemples notables, citons Renée Zellweger, Nicole Kidman, Abraham Lincoln, Gandhi, Sigmund Freud et Thomas Jefferson. À un moment donné, ils mentionnent tous qu’ils font réellement des efforts pour éviter de parler en public.

Un autre exemple est celui de Gandhi qui, selon un article paru dans The Atlantic et intitulé “Performance Anxiety in Great Performers”, devait prendre la parole devant un tribunal et n’a réussi à prononcer que la première phrase de son discours avant de se dessécher et qu’un assistant soit intervenu pour terminer le discours à sa place.

Exercices pouvant vous aider à vous détendre et à contrôler votre respiration

Les techniques de relaxation et de respiration sont utiles pour tenter de calmer vos nerfs avant de parler en public. Lorsque nous sommes nerveux, nous avons tendance à parler rapidement et à ne prendre que des respirations courtes et peu profondes, ce qui fait que nos poumons ne se remplissent que partiellement. Cela réduit notre portée vocale et nous fait paraître nerveux. Il est donc très important de ralentir notre respiration et d’apprendre à nous détendre.

Voici quelques exercices du British Council sur la manière de surmonter votre peur de parler en public.

Exercice 1 – Apprendre à se détendre

Trouvez un endroit confortable et allongez-vous sur le sol. Fermez les yeux et concentrez-vous sur la détente de toutes les parties de votre corps, en commençant par les pieds et les jambes, puis en remontant vers les épaules, le cou et la tête. Maintenant, portez votre attention sur votre respiration. Pour commencer, faites attention à l’inspiration et à l’expiration.

Essayez maintenant d’imaginer un endroit que vous pouvez associer au calme. Imaginez cet endroit et entendez les sons, sentez les odeurs.

Une fois que vous vous serez habitués à vous souvenir de ce lieu particulier, vous pourrez vous y rendre chaque fois que vous vous sentirez nerveux, par exemple juste avant de monter sur scène pour faire un discours.

Apprendre à se détendre prend du temps, mais cela vous aidera vraiment, surtout si vous faites cet exercice régulièrement. Au bout d’un certain temps, vous serez capable de vous rappeler les sensations de détente n’importe où.

Exercice 2 – Se mettre à l’aise

Tenez-vous debout, les pieds écartés à la largeur des épaules, les mains pendantes, les épaules vers le bas et la tête détendue sur la nuque.

Essayez d’abord de rassembler vos pensées et de penser dans votre tête. Sentez-vous devenir plus léger.

Maintenant, essayez de penser dans votre ventre et commencez à vous sentir enraciné dans le sol. Vous pensez effectivement à votre centre de gravité à travers votre corps. Ce processus est appelé “galop” et peut nécessiter un peu d’entraînement.

Inspirez maintenant et sentez le souffle descendre jusqu’à votre centre, c’est-à-dire jusqu’au fond de vos poumons et à votre estomac. Expirez en permettant à votre diaphragme de contrôler la respiration vers l’extérieur.

Exercice 3 – Apprenez à connaître votre espace

Les symptômes de stress viennent souvent de l’inconnu, alors rendez-vous dans la salle ou le hall où vous allez parler, et faites le tour, en répétant votre discours à voix haute. Maintenant, chantez des parties de votre discours et déplacez-vous en laissant votre voix remplir l’espace.

Exercice 4 – Respirez quelques minutes avant votre discours

Juste avant de commencer votre discours, inspirez, en comptant jusqu’à sept, et expirez lorsque vous atteignez 11. Faites cela trois ou quatre fois. Cela permet de ralentir l’accumulation d’adrénaline et de réduire votre rythme cardiaque, ce qui diminue les sentiments de nervosité.

Cet article traite de Glossophobie.

Tags:
Partagez sur :

Laissez un commentaire