“Le maintien d’une culture d’entreprise efficace est si important qu’il l’emporte même sur la stratégie” – Howard Stevenson

Le maintien d’une culture d’entreprise efficace est si important qu’il l’emporte même sur la stratégie.

Howard Stevenson

La culture. C’est probablement un mot que vous entendez souvent si vous suivez des blogs sur l’entrepreneuriat ou si vous lisez des articles sur les affaires et la gestion. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Selon Frances Frei et Anne Morriss, de la Harvard Business Review :

“La culture guide le comportement discrétionnaire et elle reprend là où le manuel de l’employé s’arrête. La culture nous indique comment répondre à une demande de service sans précédent. Elle nous dit si nous devons prendre le risque de parler à nos patrons de nos nouvelles idées, et si nous devons rester en surface ou cacher les problèmes. Les employés prennent des centaines de décisions par eux-mêmes chaque jour, et la culture est notre guide. La culture nous dit ce qu’il faut faire lorsque le PDG n’est pas dans la pièce, ce qui est bien sûr le cas la plupart du temps”.

Cet article couvre tous les éléments qui font une grande culture d’entreprise, elle même faisant parties des valeurs d’entreprise fondamentales. Chaque culture a des tactiques différentes et des qualités uniques. Mais, universellement, la culture concerne les employés et la garantie d’un environnement de travail agréable et productif.

Plongeons dans le vif du sujet.

Pourquoi s’intéresser à la culture d’entreprise ?

Le lieu de travail ne doit pas être quelque chose que les gens redoutent tous les jours. Les employés doivent être impatients de retrouver leur emploi. En fait, ils devraient avoir du mal à partir parce qu’ils aiment les défis, leurs collègues et l’atmosphère. Les emplois ne doivent pas provoquer de stress chez les employés. Même si le travail peut être difficile, la culture ne doit pas ajouter du stress du travail. Au contraire, la culture doit être conçue pour réduire le stress lié au travail.

C’est la raison pour laquelle la culture est importante. Elle soutient l’enthousiasme des employés.

Vous voulez des employés heureux parce que le bonheur signifie plus de productivité. Et lorsqu’une entreprise est plus productive, cela signifie qu’elle travaille plus vite ; et lorsqu’elle travaille plus vite, elle peut avoir une longueur d’avance sur la concurrence. Il vaut donc la peine que les entreprises investissent dans la construction et l’alimentation de leur culture.

La culture d’entreprise est également un outil de recrutement. Si vous cherchez à recruter des personnes talentueuses, il n’est pas logique de remplir votre bureau de cubicules et de limiter la liberté des employés. Vous attirerez des employés médiocres, et vous serez une entreprise médiocre. En revanche, si vous avez un environnement de travail ouvert, avec beaucoup de transparence et de liberté pour les employés, vous attirerez des talents. Dès la minute où les gens entrent dans le bureau, ils doivent savoir que c’est un endroit différent avec une culture unique.

Si vous mettez l’accent sur la culture, vous aurez des principes directeurs. Les gens vous connaîtront pour cela. Les employés s’y conformeront. Elle vous aidera à traverser les moments difficiles. Vous fonderez vos décisions d’embauche et de licenciement sur ces principes. Cela vous aidera à faire en sorte que tous les employés travaillent pour la même mission d’entreprise. Dans un certain sens, c’est le ciment qui maintient l’entreprise en place.

Une culture d’entreprise qui favorise le bonheur des employés se traduit par une réduction du taux de rotation du personnel et une amélioration des performances de l’entreprise. Les employés sont loyaux et les entreprises sont plus performantes. C’est une situation gagnant-gagnant.

Si votre entreprise augmente le nombre de ses employés, la culture deviendra un mécanisme d’autosélection pour les employés et les candidats. Les personnes qui s’adapteront à votre culture seront attirées par elle et pourront se retrouver avec un emploi. Par exemple, chez Amazon, ils recherchent des inventeurs et des pionniers. Les personnes qui veulent y travailler le savent et sont attirées par cette culture.

Les 4 éléments favorisant la culture d’entreprise

  1. Embaucher des personnes correspondant à votre culture
    Le journaliste Robert Scoble, spécialiste des technologies, rencontre de nombreux PDG. Et lorsqu’ils discutent des décisions d’embauche, ils essaient toujours de s’assurer qu’ils n’embauchent pas de crétins. C’est pour cette raison que les entreprises ont un processus d’embauche aussi rigoureux. Certaines entreprises aiment faire venir des candidats au travail avec leurs employés pendant une semaine. Elles donnent aux candidats un projet et voient comment ils travaillent et comment ils collaborent avec les autres.

Dans un article de la Harvard Business Review, Eric Sinoway analyse les différents types d’employés et leur impact sur la culture d’entreprise. Les employés très performants qui ne correspondent pas à votre culture sont appelés des vampires. Ces vampires doivent être licenciés car, bien que les performances soient solides, leur attitude nuit à la culture de l’entreprise, ce qui est préjudiciable aux affaires.

Le PDG de Zappos, Tony Hsieh, l’un des plus fervents défenseurs de la culture d’entreprise, fait remarquer que les personnes que vous embauchez représentent votre entreprise même en dehors du travail. Si vous rencontrez quelqu’un et qu’il vous dit où il travaille, votre perception de cet endroit changera en fonction de l’opinion que vous avez de cette personne. S’ils sont sympathiques, vous verrez l’entreprise sous un jour positif. S’il s’agit d’un imbécile, vous ne verrez pas l’entreprise d’un bon œil. Cet effet peut être encore plus important lorsqu’il s’agit d’une entreprise dont vous n’avez jamais entendu parler et sur laquelle vous n’aviez pas d’opinion auparavant. Si la personne est utile, vous considérerez l’entreprise comme utile. C’est pourquoi il est important d’engager des personnes qui partagent les valeurs de votre entreprise.

Une mauvaise embauche peut affecter tout un service et éventuellement des dizaines de clients. Et elle peut se produire rapidement, agissant comme un virus qui se propage. Les employés parleront de la mauvaise embauche, et si aucune mesure n’est prise, la situation peut s’aggraver.

Mais ce qui est bien, c’est que tout dommage peut être inversé. Et plus que cela, vos valeurs peuvent être renforcées en même temps. Si vous relâchez cet employé toxique (le vampire), cela montrera aux autres employés que vous les appréciez et que votre culture est sérieuse.

  1. Faire connaître aux employés les valeurs et la mission de l’entreprise

Une question est souvent posée lors des entretiens d’embauche : Pourquoi voulez-vous travailler ici ?

L’objectif de cette question est de donner à l’examinateur une idée de ce que la personne interrogée connaît de l’entreprise. Si la personne interrogée peut donner une raison précise pour laquelle elle veut rejoindre cette entreprise, cela montre à l’intervieweur qu’elle a fait des recherches sur l’entreprise et qu’elle pourrait être apte à occuper le poste.

Bien entendu, un entretien n’est pas exhaustif. La seule façon de savoir si une personne adhère aux valeurs et à la mission d’une entreprise est de la regarder travailler pendant une période prolongée. Suivent-ils les mêmes valeurs dans leur vie personnelle ? C’est pourquoi vous devez vraiment apprendre à connaître les candidats sérieux.

Lorsque les employés sont passionnés par les valeurs et la mission (comme l’organisation de l’information mondiale chez Google), ils sont déterminés à atteindre l’objectif.

Dans une vidéo sur la page Facebook Careers, Mark Zuckerberg dit

“La raison pour laquelle nous avons créé une entreprise est que je pense qu’une entreprise est de loin le meilleur moyen de rassembler les meilleurs éléments et d’aligner leurs motivations sur la réalisation de quelque chose de grand”.

Chez Facebook, il s’agit de rendre le monde plus ouvert et plus connecté. Ces éléments motivent les employés, guident le produit et dynamisent l’ensemble de l’entreprise. Si un employé ne s’engage pas dans la mission, cela devient un autre travail. Et lorsqu’il s’agit d’un autre emploi, cela signifie généralement que l’employé n’est pas heureux.

En revanche, lorsque l’employé est d’accord avec la mission, il est engagé dans le travail et veut contribuer au succès de la mission, aidant ainsi l’entreprise à réussir.

  1. Savoir que les bonnes décisions peuvent venir de n’importe où

Personne n’a toutes les réponses. Une entreprise où seule la direction prend les décisions est un moyen infaillible de renvoyer les acteurs A et B vers d’autres entreprises.

Lorsque certaines entreprises deviennent plus grandes, elles ont tendance à limiter la liberté des employés. Les employés sont de moins en moins impliqués dans les décisions clés et leur impact sur l’entreprise est noyé. Cela devient une partie de la culture de l’entreprise. Les employés vont au travail, font ce qu’on leur dit de faire et aident simplement quelqu’un d’autre à réaliser son rêve. L’impact du travailleur sur l’entreprise est minime et il devient “juste un autre employé dans juste une autre entreprise”. Et pour certaines personnes, c’est tout ce qu’elles veulent : aller au travail, prendre des ordres, faire le travail et attendre que l’horloge soit à 17 heures.

Mais ce n’est pas ce que veulent les meilleurs employés.

Ils veulent avoir une voix et un impact significatif sur l’entreprise et sa direction. Ils savent que n’importe qui peut gagner un débat avec la personne la plus haut placée d’une entreprise. Ils savent également qu’ils peuvent créer des outils pour l’entreprise sans avoir besoin de l’approbation de la direction.

Par exemple, l’outil Google News a été créé par un chercheur de Google nommé Krishna Bharat. La création de Google News n’est pas le fruit d’une réunion de la direction, mais d’une initiative de M. Bharat. Il l’a inventé après les attaques du 11 septembre parce qu’il s’est dit “qu’il serait utile de rassembler en un seul endroit des informations provenant de plusieurs sources sur un sujet donné”. Cela venait d’un problème qu’il avait ; il n’avait pas reçu l’ordre de le créer.

Les entreprises ont plus de succès lorsque les employés bénéficient de ce type de liberté qui n’est pas régie par une hiérarchie, en supposant qu’il s’agit d’employés talentueux qui correspondent à la culture. Savoir que les bonnes décisions peuvent venir de n’importe où et étendre la liberté des employés sont les pierres angulaires pour attirer des personnes talentueuses qui s’adapteront à la culture si vous les laissez faire.

  1. Réaliser que vous êtes une équipe et non un groupe d’individus

Avez-vous déjà remarqué combien de PDG qualifient leurs employés d'”équipe” ?

Sur la page des emplois d’Instagram, ils se présentent comme une équipe et non comme une entreprise.

La différence entre une équipe et un groupe d’individus est que les individus se considèrent comme séparés les uns des autres. Aider les autres est une obligation parce que vous travaillez normalement sur vos propres projets, ou sur votre propre participation à un projet plus vaste.

Les équipes travaillent ensemble sur tous les projets liés au travail et apportent leur aide lorsque cela est nécessaire. Il importe peu de savoir à qui revient le mérite de quoi, car vous accomplissez tout ensemble. Vous êtes unis, et non séparés.

Si vous regardez le sport, vous voyez comment les équipes fonctionnent. Elles travaillent ensemble (sous forme de passes et d’aides), s’encouragent mutuellement et communiquent régulièrement (communication sur la ligne de touche lorsqu’elles ne jouent pas). IAu Basket-ball, par exemple, il y en a toujours quelques-uns qui se font accuser de se mettre en avant. C’est parce qu’ils “monopolisent” le ballon et n’impliquent aucun de leurs coéquipiers. Cela nuit à l’attaque qui ne peut pas fonctionner à 100% car les 5 joueurs ne sont pas tous impliqués à fond.

Ces personnes sont généralement traitées de manière appropriée sous la direction de l’entraîneur-chef. Elles voient généralement leur temps de jeu réduit ou sont exclues de l’équipe. Les équipes fonctionnent mieux lorsque tout le monde est à bord, se nourrit les uns des autres et joue ensemble. Si vous avez un groupe d’individus, ils vont s’effondrer à la suite de conflits, devenir inefficaces, et alors sans importance. Les équipes sont le meilleur moyen de faire avancer les choses et le plus efficace.

Quels autres éléments sont importants pour la culture d’entreprise ? Faites-le moi savoir dans les commentaires !

Tags:
share on:

Leave a Response